Les amis du petit Rufin

Boulot
Benoit Michel
Stereoscopy News
Ascenseur Spatial
Extreme Engineering
Infographie
Stéganographie
Compression
Trucage Photo

Photos
Animaux

Dicos
Le Dico Des Nains
Le Dico Des Phobies

Perso
Accueil
Autos
Cinéma
Cuisine
Bibliographie
Sites Préférés

Rigolo
Humour
Escargots
Nains De Jardin
Poétique
Frigo
Dentifrice Sportif

Nains et Brouettes
Le Nanipabullophile
Le Dico Des Nains
Morphing
Mondial
Quiz
Les Nains En Hiver
Le Livre Des Nains
Le Petit Rufin

 

Une grande marche pour des petits nains

Un nain probable concours de circonstance a réuni un nain posant cortège pour un nain croyable lever de voile qui restera à jamais dans la mémoire de la statuaire nanophile.

 Les sept membres virils de la fondation des amis du petit Rufin étaient présents en 1997 pour la première marche rouge des nains de jardin, qui se tiendra dorénavant chaque année, le premier samedi de septembre à Marche-En-Famenne (Belgique). Forte de 277 membres protecteurs, la communauté des célébrateurs de Saint-Rufin (fête le 14 juin) a donc inauguré sa première statue à la gloire du susnommé. La légende de saint Rufin remonte à la nuit des temps (et redescend ensuite au bar). Vous en trouverez le texte original en wallon, ainsi que sa traduction française sur ce site (baigneur, quel site !).

 
 
 
     
 

Un nain portant cortège s’est donc mis en branle (petit dégueulasse) sur la place des foires vers 15 heures en ce doux samedi 6 septembre 1997 pour y revenir trois heures plus tard, allégé de la statue de Saint-Rufin, cérémonieusement plantée dans un jardin public de la rue du commerce.

Marche-En-Famenne est en bonne position pour devenir la ville la plus chargée du monde en termes de statues de nains de jardin. Heureusement, un nain stable ne risque pas de tomber de son socle !

Un relevé statistique effectué à nain proviste a montré que, durant la marche, la consommation individuelle a atteint des pointes de plus de 300 litres de bière aux 100 kilomètres. Il faut dire que la présence d’une buvette tous les deux cent mètres environ et la longueur du parcours, inférieure au kilomètre, ont favorisé les choses…

 
   
 

Malgré cela, la maréchaussée n’a procédé à l’arrestation d’aucun conducteur de brouette en état d’ébriété.

A l'encontre du honni FNLNJ français, les amis du petit Rufin œuvrent pour la libéralisation nanopathe mondiale. Par quatre fois au moins, ils ont investi des jardins en l’absence de leurs propriétaires pour y sceller des statuettes à bonnet rouge en usant de force béton, voire barres de fer, colle, plâtre ou tout autre moyen.

 
 

De nombreux nains

assistaient à

l'événement,

mais quelques

naines aussi !

 
     

 

 La légende de Saint Rufin

                                par Jean-Louis Troquet.

En ce temps-là, à Marche, chaque jardin avait son nain, son de jardin.

Et les pommes de terre étaient plus plates et plus savoureuses qu'à Florenville, les carottes et les poireaux étaient comme des manches de brosse, les groseilles rouges grosses comme des cerises et les cerises grosses comme des pommes. D'où venait cette coutume? Certains y voient la trace d'une connivence ancienne avec les Nutons du "Fond des vaulx", d'autres la preuve de l'existence d'un sculpteur prodigieux qui vous façonnait un nain comme Delhaye cuit un pain. Mais, en vérité, on n'en sait rien.

Et il y avait, aussi, à marche, un petit garçon qui s'appelait Rufin et qui adorait les nains de jardin. Il les connaissait tous par leur nom et faisait chaque jour le tour de la ville pour aller leur dire bonjour. Ah ! Il les aimait bien, ses nains de jardin !

Mais voilà que les nains se mirent à disparaître. Il fallut se rendre à l'évidence : des voleurs de nains étaient à l'œuvre. Ils allaient revendre le fruit de leurs rapines aux gens du Nord, qui ne connaissaient pas les nains de jardin et en étaient friands.

Le p'tit Rufin se mit à faire des rondes, la nuit, à travers les jardins. Et, un soir, il tomba sur les voleurs. Ou plutôt ce furent les voleurs qui lui tombèrent dessus. Ils le bâillonnèrent, ils le ligotèrent et l'emmenèrent au "Fond des Vaulx" pour le précipiter dans le "Trô ti ö Fosse", le gouffre connu de tous les marchois.

Voyant sa dernière heure venue, Rufin se mit à prier son saint patron, avec qui il avait toujours entretenu les meilleures relations.

Et le saint descendit sur terre et intervint. Et il délivra le p'tit Rufin, son homonyme. Quant à ce que devinrent les voleurs de nains, les avis diffèrent. Certains disent qu'ils furent changés en pierres, pierres que l'on peut voir au fond de la vallée, au pied du gouffre ; d'autres disent qu'ils furent enfermés sous terre et qu'en tendant l'oreille, on peut encore les entendre gémir et se lamenter ; d'autres enfin disent que le saint leur fit une telle peur que depuis, ils ne se sont pas arrêtés de courir.

 

 

Li léjande di Sint-Rufin

                                adaptée au wallon par Joseph Bily.

Vla dja dès-ans èt dès razans, a Môtche, totes lès mohons avint leû nin d'corti. C'è-st-a n'nin creûre, mês a mötche, di ç'tins la, lès crompîres èstint bin pus plate èt bin mèyeutes ki lès cisses di Floranville, lès rècines èt lès porètes crèchint come dès mantches di choupe, lès rodjes gruzales avint l'grocheû dès cèrijes èt cès ciles pudint lès pomes po dès minâbes.

Fou d'Môtche, nin on seûl n'ôrèt wazu sotni k'il ève li pus bê corti, ka i s-ôrèt fêt rlavè l'muzê pa lès Môtchis: po lès cortis, Môtche ève li pompon.

K'est ç'ki ç'coutume la, lès nins d'corti, a vèyu l'djou?

Mwint' sotinront ki lès nins sont lès dreuts couzins dès nûtons dont vos cnutchez lès paskèyes, des-ôtes vos dîront k'ign-ève sûr on-ôme di mèstî, fwâr adrèt', ki lès apontève d'olnêt, d'on toûr di mwin, jusse come Tchezo prustit èt cût s'pwin ô djoû d'ôdjoûrdu, fin parèy ! On z'è djawtéryrè co dès ans ô lôn, ka i gn-a pus nolu di ç't-èpoke la ki djoke co avôr ci d'nos djoûs.

I gn-ève ossi a Môtche on p'tit valèt k'on loumève Rufin di si ptit nom èt ki vèyéve d'pus k'voitî cès ptits nins d'corti. I lès houkève tortos pa leû nom d'batème èt, tos lès djous ki l'Bon dju fêt, i lès atôchnève an l'z-î djant : "Bondjou, ça va come vos vlez?" I n'ôret nin stî di vosse tins d'ol'z-adjonde? Et portant, on bê djoû, i n'ol' z-a pus tos rtrovu.

I s'a bin falu fê one rêzon. Dès mannès djonnes ou kèkefîyes dès pus vîs mô aclèvés profitint k'i fève brune po lès hapè. Il a vnu ôs-orèyes do ptit Rufin, ki, non contints do lès hapè, cès vôrins la lès martchotint addè dès djins do plat payis. Cès djins la n'conuchent nin ç'môde la, mês n'ont wêre tôrdje a z'è vlu todi d'pus.

Li ptit Rufin n'a fêt ni one ni deûs, il a guêdè èt ol' z-î a toumè su l'bosse. Ou pus vite ç'est zês k'ol ont splinkté dins one cwane, ont vorè dsus, l'ont apougné pa l'hanète, l'ont rastrindu èt hîrtché o Fonds dès Vaulx po l'foute o "Tro ti ô Fosse". Tûzant bin k'il alève passè l'arme a gôche, li ptit Rufin, ahoukè Sint rufin avou ki i tayève co bin bavète.

Sint Rufin a brokè, ol'z-î a foutu on côp di spale èt nosse pètit valèt a stî chapè. Ci k'les ôtes ont divnu? La ossi, ç'è-st-al tchûze. Ont-i toûrnè a brouwè d'tchitches? Ont-i stî candjès an^pîres, lès cises k'ont béronlé usk'ô îd do goufe? sakant dijèt k'il ont stî ètèrés vikants èton l'z-ètind co, t't-anawète, brêre èt somadjè ôdjoûrdu; dès-ôtes vos contront k'il ont u sogne di Sint Rufin, k'il ont vôyé, ardadaye, pa lès tchinrs èt lès hoûrlès èt k'i corèt co todi.


 

Infos pratiques

'LES AMIS DU PETIT RUFIN' est une association à but nanoprotecteur fondée par Jacques Delferrière. Forte de plus de 277 membres, l'association oeuvre pour la sauvegarde et la réhabilitation du nain de jardin et contre leur maltraitance. L'emblème de l'association serait un essuie-nains permettant de rendre leur lustre perdu aux petites victimes d'exactions diverses.